Les Biffins, chifftires ou Pêcheurs de lune

Publié le par Brigitte BARATEAU - Treflerèle

Les Biffins, chifftires ou Pêcheurs de lune

J'aime fouiller, faire des découvertes et surtout faire de bonnes affaires.

Mes lieux de prédilection à Paris c'était les Puces de St Ouen bien sûr, celles de Montreuil aussi et Vanves.

De grands tas de vêtements sur des brancards de toile, ou dans des bacs en bois, ou de grands cartons.  J'ai vite appris à reconnaître  les vendeurs, leur style de marchandises, celui avec qui on peut marchander et celui qui ne baissera jamais ses prix.

J'ai vite repéré les espaces où trouver les vêtements de marque, le rétro, les fringues pour hommes, pour femmes, pour enfants, le linge de maison....chaque Puces a ses codes.

Le plus ancien de Paris le marché aux puces de Saint Ouen a été créé en 1885 après l'arrêté préfectoral qui a interdit le dépôt des ordures au pied des immeubles. (Eugène Poubelle). Ce marché est devenu la plus grande concentration au monde d'antiquaires et de brocanteurs. ( 5 millions de visiteurs par an) Ouvert tous les samedis, dimanches et Lundis.

En pleine ère industrielle quand le prêt à porter n'existait pas, la pauvreté grandissait et comment se vêtir quand on n'a pas d'argent? Des marchands rachètent des invendus, et les vêtements récoltés par des associations caritatives. Les chiffonniers ramassent tout ce qu'ils peuvent.

D'ailleurs le nom Marché aux Puces vient du fait que les vêtements ramassés par les chiffonniers dans la rue étaient souvent plein de puces.

Progressivement les Puces ont attiré les étudiants fauchés, à l'esprit bohème, on cherche de nouveaux codes vestimentaires, on cherche à se démarquer.  

Depuis une dizaine d'années la ville a toujours essayé de contrôler les biffins, pour repérer le trafic d'objets volés, mais aussi pour faire en sorte que les rues soient propres. Le prix des logements de ces quartiers était intéressant alors les nouveaux riverains se plaignaient des nuisances.

Un espace le long du Périphérique à Montreuil et à St Ouen était réservé aux vendeurs de produits neufs made in China souvent, ce que l'on voit de plus en plus sur les marchés dans d'autres endroits de la capitale et en province aussi.

Ces étals de produits neufs ont pris progressivement le pas sur les étalages de fringues d'occasion. Les objets de brocante en tous genre, récupérés sur les trottoirs ou dans les vide grenier, vide maison se font de plus en plus rares car les boutiques d'antiquaires gagnent aussi du terrain.

Les biffins sont chassés par la police, j'ai même vu des policiers charger à cheval il y a quelques années....   

A Montreuil l'espace réservé aux vieux outils, meubles de récup, jouets etc...a été rasé. 

J'ai vu progressivement la modification de l'esprit de ces Puces parisiennes, des vide greniers sont organisés partout plusieurs fois par an. Dommage que bien souvent les objets présentés soient justement ce que l'on ne parvient pas à donner ou jeter mais qui n'a pas forcément de la valeur, les objets sont trop récents.

Des magasins de fripes sont très nombreux à Paris, selon le quartier les prix sont différents.

J'ai organisé plusieurs fois des balades fripes pour mes amies, mes coins privilégiés? J'ai mon itinéraire privilégié qui forme un grand carré dans le Marais et ça commence rue de la Verrerie ....

Arrivée à Nîmes il y a quatre ans, j'ai fouiné et trouvé pas moins de cinq boutiques de Fripes.....

La ville de Sommières a une brocante tous les samedi et c'est vraiment ce que j'aime, des meubles, de la vaisselle, des objets, des bijoux etc...une ambiance sympathique et du choix.

Dans le prochain article je vous donnerai mes astuces pour bien marchander et pour bien vendre aussi, je vends sur Vinted et Marketplace, et j'ai téléchargé l'appli BOOK VILLAGE pour vendre mes livres....   

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article