Célébration de l’Oeuf

Publié le par Trèflerèle


Oon, l’oeuf de la mère des lettres et des arts n’est plus qu’une paire quand il est transporté dans notre langue, mais consommé à la grecque l’oméga en suggère trois. Il est remarquable qu’en hébreu il ne se lit qu’au pluriel : béshîm.

Oh ! que d’abîmes insondables vont s’ouvrir devant vous, lecteur imprudent qui m’avez emboîté le pas dans cette célébration de l’œuf ! craîgnez de ne plus pouvoir désormais briser la coquille de votre œuf à la coque avec la coupable désinvolture qui caractérisait jusqu’ici ce geste machinal et familier.

Avant d’entrer dans le labyrinthe de l’oologie, j’éprouve l’incoercible besoin de me soulager d’une espèce de profession de foi quasi inavouable.

Puisque la première image que fait naître le seul nom d’œuf n’est pas sa propre raison d’être mais une affaire de nourriture et de gourmandise. J’oserai proclamer tout d’abord que, parmi les quatre cent vingt trois façons ingénieuses d’accommoder les œufs qu’il m’a été donné de dénombrer, la meilleure, à mon sens, est encore de ne point les accommoder et de les prendre tels que la poule et la nature les exposent, avec une folle prodigalité, à la fringale du genre humain… Si loin qu’il me soit donné de remonter dans la nuit de la petite enfance, la journée commençait invariablement par un œuf cru…d’un coup sec maman cognait l’œuf sur le bord de l’écuelle, ou plutôt elle le buquait. La coquille s’ouvrait. Ayant vidé le jaune et le blanc dans le bol de faïence, maman humait, l’une après l’autre, les deux parties de la coquille, cela fait dans un soupir aspirant de profonde satisfaction, les paupières mi closes, elle se disait en prolongeant longuement la dernière syllabe : « que c’est bon !» de sorte que nous étions mis en appétit. Voila pourquoi je raffole des œufs crus….

Extrait de Célébration de l’œuf de Maurice Lelong aux éditions Robert Morel

 

Et vous les œufs vous les préférez comment ?

J’ai un faible pour les œufs à la coque surtout pour les mouillettes que je trempe allègrement ! Cela m'évoque toujours l'enfance, les  oeufs de pâques aussi que l'on va chercher dans le jardin, cachés sous les feuilles....

 

Le mois prochain nous célèbrerons le bois

Publié dans réflexions

Commenter cet article

Jacqueline Savard 02/12/2009 15:59


Tout a fait magnifique ce travail Brigitte Barateau! Très beau site  toutes mes élicitations. Je vous invite a me faire une petite visite. Amitié Jacqueline


Trèflerèle 02/12/2009 19:01


merci Jacqueline.