Les trois questions fondamentales

Publié le par Trèflerèle

 

 

grand-personnage-assis.JPG

 

 

 

 

 

 

Un roi passait toute sa journée à méditer ces 3 questions fondamentales : Quelle est la personne la plus importante du monde? Quelle est la chose la plus importante? Quel est le moment le plus important pour agir?
Il avait posé ces questions à ses courtisans et à ses ministres, mais personne n'avait pu lui donner de réponses satisfaisantes; il était très abattu.
Aussi sortit-il un jour de son palais, habillé comme n'importe lequel de ses sujets, et après avoir longtemps marché, il arriva dans un coin perdu, où un vieil homme lui offrit l'hospitalité.
Au milieu de la nuit, un grand vacarme à l'extérieur le réveilla en sursaut, et un homme couvert de sang surgit brusquement dans la maison.
"Des hommes me poursuivent pour m'arrêter, expliqua l'inconnu.
- Eh bien, abritez-vous un moment chez moi", répondit le vieil homme, qui le cacha dans une pièce.
Le roi était trop terrifié pour se rendormir, et, peu après, il vit des soldats arriver en courant. Ils demandèrent au vieillard s'il avait vu quelqu'un passer. "Je ne sais pas, répondit-il. Il n'y a personne d'autre ici.
Les soldats repartirent en hâte. L'homme qu'ils traquaient remercia le vieillard, et s'en fut de son côté. Le vieillard referma la porte et retourna se coucher.

Le lendemain, le roi demanda au vieil homme : "Comment se fait-il que vous n'ayez pas eu peur d'accueillir ce personnage? Vous risquiez de terribles ennuis. Cela aurait pu vous coûter la vie! Et ensuite vous l'avez laissé repartir comme ça. Pourquoi ne lui avez-vous pas demandé qui il était?
- Dans ce monde, répondit tranquillement le vieillard, la personne la plus importante est celle qui est devant vous et a besoin de votre aide; la chose la plus importante est de l'aider; et le moment le plus important pour le faire est l'instant présent - il n'est pas question d'hésiter, fut-ce une seconde."
Tout s'éclaira soudain pour le roi : les 3 questions philosophiques qui le tourmentaient depuis si longtemps avaient trouvé leurs réponses.

Yu Dan
Le bonheur selon Confucius

Publié dans réflexions

Commenter cet article

flipperine 29/02/2012 19:02


l'habit ne fait pas le moine, on peut tjs avoir de l'aide de l'autre quel que soit notre fortine, nos vêtements