Les oiseaux sages et les oiseaux inconscients

Publié le par Trèflerèle

 

Il était une fois un arbre gigantesque au milieu d’une magnifique forêt. Beaucoup, beaucoup d’oiseaux vivaient dans cet arbre. Et le plus sage parmi eux était leur chef.

Un jour, le chef des oiseaux aperçut deux branches qui frottaient l’une sur l’autre. A cause des frottements, des copeaux de bois tombaient de l’arbre. Il remarqua alors un peu de fumée qui sortait des branches. Il se dit : « Sans le moindre doute, un feu va se déclarer et il brûlera toute la forêt. »

Alors le sage chef des oiseaux demanda à tous les oiseaux vivants dans l’arbre de se réunir. Alors il leurs expliqua ce qu’il se passait : « Mes chers amis, l’arbre sur lequel nous vivons va bientôt brûler, à cause de deux branches qui frottent l’une sur l’autre à cause du vent. Le feu va sûrement détruire toute la forêt. C’est pourquoi il est très dangereux de rester ici. Nous devons vite quitter cette forêt ! »

Les oiseaux sages étaient d’accord avec lui. Alors ils s’en allèrent vers une autre forêt. Mais les oiseaux stupides déclarèrent : « Ce vieux chef se fait trop de soucis, comme d’habitude. Il a tellement peur qu’il arrive à voir des crocodiles dans une goutte d’eau ! Pourquoi quitter cet arbre où nous avons toujours été en sécurité ? Que les peureux s’en aillent ! Nous, les plus courageux, nous resterons ici ! »

Mais finalement, les craintes du chef des oiseaux se réalisèrent. Les branches. En frottant les unes sur les autres avaient fait jaillir des étincelles qui tombèrent sur les feuilles sèches au pied de l’arbre. Les étincelles se transformèrent en flammes qui grandissaient de plus en plus. En peu de temps, l’arbre géant se mit à brûler. Les oiseaux stupides qui n’étaient pas partis furent pris au piège par les flammes et la fumée. Beaucoup d’entre eux, ne pouvant pas s’échapper, périrent dans l’incendie.

 

Moralité : Ceux qui ignorent le conseil d’un sage le font à leurs dépens.

Publié dans réflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article