Le partage du lundi: histoire d'un collage

Publié le par Trèflerèle

 

 

milieu-carceral_4972.jpg

Aujourd'hui je vais vous présenter un collage et vous raconter dans quelles conditions il a été réalisé.

 

Imaginez, je vous montre le collage et je vous pose cette devinette:

De quel atelier collage s'agit-il?

A-t-il été réalisé dans une Maison de quartier ou dans un week end de développement personnel?

 

Regardez le bien, quelle ambiance se dégage de ce collage?

 

Je me souviens que cette personne était très concentrée, très calme, le collage a été réalisé sans un seul mot, sans un seul commentaire.

La technique a été comprise tout de suite et il n' y a eu aucune erreur de collage.

Tout le groupe a été dans l'admiration.

Un grand silence a accueilli la présentation de cette oeuvre posée par terre le long du mur, mais la personne n'a rien voulu exprimer.

 

 

J'ai animé des ateliers en milieu carcéral adultes hommes à La Maison d'Arrêt de Nanterre dans les années 90.

J'avais deux groupes de 9, un le matin et un l'apres midi pendant cinq jours consécutifs. Et celà à chaque vacances scolairs puisque l'atelier se déroulait dans les salles de classe.

Pas de thème, un grand nombre de magazines à disposition et mon support privilégié: le carton ondulé.

Je ne connaissais pas la situation des détenus, s'ils étaient prévenus ou condamnés ni pour quel délit ils étaient incarcérés. Dans une maison d'Arrêt il y a aussi bien un dealer qu'un assassin, quelqu'un qui a détourné de l'argent ou un clandestion....

Cet homme avait dans les trente ans, il était très grand, de type oriental.

Un port de tête inspirant le respect à tel point que le silence se faisait quand il apparaissait. Bien sur on pourrait tout de suite en déduire en fonction du contexte que c'était de la crainte or une fois les personnes installées chacun reprenait la conversation commencée. J'avais vraiment la sensation que les tensions s'apesaient en sa présence car je ne sais pas si vous avez fait cette expérience mais la colère, la peur ça se sent dans un groupe même quand rien ne s'exprime.

 

Alors pourquoi ce collage là, en prison?

Envie de spiritualité, besoin de calme? souvenir de voyages? je ne le saurais jamais..

Par contre j'ai appris qu'il était chef de gang... que dans la prison  beaucoup cherchaient sa protection.

 

Il n'a jamais ouvert la bouche devant moi, parce que j'étais une femme? peut être,  je n'ai jamais ressenti du mépris plutôt un besoin de me tenir à distance.

Et très honnêtement quand je voyais son nom sur la liste en début de semaine j'étais sûre de n'avoir aucun problème de groupe!!!

 

Pendant six ans j'ai passé toutes les petites vacances scolaires en prison!!

j'ai beaucoup appris...surtout à ne pas me fier aux apparences!!

 

Il y aura d'autres souvenirs de la prison car petit à petit les ateliers devenaient des groupes de parole, je retrouvais les mêmes..

 

Alors je vous donne rendez vous un autre Lundi?

 

 

Trèflerèle anagramme de reflet du réel... ateliers cartes associatives Pourquoi ces cartes là font elles grandir?

Publié dans réflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

eMmA 20/02/2011 21:30



Vraiment très intéressant. Merci beaucoup pour ce partage si intense.


Quelle expérience "à part".


Une de mes connaissances à Strasbourg avait été conteuse en milieu carcéral. Je me souviens qu'elle nous racontait que cette expérience l'avait rendue plus forte, car parfois il s'agissait de
s'imposer juste au moyen de la mélodie de sa voix.


Ca ne doit pas être évident d'entrer dans leur enfermement, de leur ouvrir la part du rêve...


Merci Brigitte.


A bientôt,


eMmA



rt 21/02/2011 09:21



merci EMma, je vais régulièrement sur ton blog où tu partages tes voyages intérieurs avec nous.



Littorine 14/02/2011 18:48



Rendez vous à Lundi avec grand plaisir, cette expérience m'interpelle énormément...Comment créer un collage ou on ne voit que zénitude dans un tel milieu...j'imaginais un groupe de parole et de
travail dans une maison en pleine nature à l'air libre ! comme quoi... Bonne soirée à toi