Le partage du Lundi

Publié le par Trèflerèle

 

 

Il était une fois une femme nommée Cassandre. Ne comprenant plus ses mots, elle les découpa en lettres et les jeta dans un puits.

Alors qu'elle découpait le « je m'aime », elle fût entraînée par le dernier « e » et tomba dans le puits, ce puits à lettres qu'elle avait elle-même rempli.

 Elle avait beau essayer de nager, elle se trouvait toujours entraînée par le « O » qui la faisait tourner en rond, ou bien le « I » qui la piquait ou le « Z » qui la menait d'un côté et l'autre du puits sans lui permettre de trouver le « H », cette échelle qui lui montrerait de nouveau la lumière…

Alors qu'elle commençait à se fatiguer et que son cœur ne pouvait plus respirer, le « X » s'envola pour donner naissance à un papillon.

Ce papillon demanda alors au « A » de l'aider car ne voulant pas se noyer avec Cassandre, il avait besoin d'un support pour s'accrocher à elle.

Le « A » se déposa tel un bonnet sur la tête de Cassandre et le papillon pu enfin se poser…

-         « petite Cassandre, je suis là pour toi..écoutes moi » dit-il « tes mots sont devenus trop lourds à porter, ils ont perdu de leur légèreté car tu as perdu leurs sens »

-         Que puis-je faire dit Cassandre, je me noie, je me vide de tout…

-         Cassandre, ferme les yeux…te rappelles-tu d'une odeur particulière ?

-          Oui petit papillon, je me souviens de ce  bain aux huiles essentielles, cette odeur ambre qui se répandait..

-         Cassandre, te rappelles-tu d'une lumière particulière ?

-         Oui petit papillon, la flamme de la bougie que j'allumais, cette lumière qui m'enveloppait..

-         Cassandre, te rappelles-tu d'un contact particulier ?

-         Oui petit papillon, mes doigts qui glissent sur l'argile…

-         Cassandre, te rappelles-tu d'une musique particulière ?

-         Oui petit papillon, je me souviens d'une terrasse andalouse et d'un guitariste

-         Cassandre, te rappelles-tu d'un goût particulier ?

-         Oh Oui petit papillon, j'adore les fraises des bois cueillies au jardin, les cerises picorées sur l'arbre tel un oiseau…

-         Cassandre, qu'évoque l'oiseau pour toi ?

-         L'oiseau ? des ailes, oui trouver des ailes pour s'élever, devenir léger juste porter par l'air..prendre la brise qui passe et partir tel un bateau à voile …

-         Cassandre ?

-         Oui petit papillon ?

-         Comment te sens-tu ?

-         Je vois des étoiles dans l'obscurité de la nuit…il y en a plein, elles scintillent, elles m'appellent…

-         Cassandre, que sens-tu encore ?

-         Je sens une énergie chaude en moi qui se diffuse, je sens mon corps léger et chaud….

-         Ouvre les yeux maintenant…

-         Oh papillon ! mais où est le puits ?

-         Il est toujours là car il est toi…mais ton cœur a pris toute la place, il te permets de voler et de ne pas tomber dedans…

-         Quand tu sentiras que tu risques de tomber, ferme les yeux et réveille tes sens…dans le silence de l'instant…hume, goute, écoutes, vois, sens et ne réouvre les yeux que lorsque tu seras devenu le sixième sens.

 

 merci Tricia

 

Allez voir son blog: link

 

"S'enrichir de l'autre, du mélange des cultures, de la mixité des couleurs, voilà ce qui l''anime..Apprendre à s'ouvrir un peu plus chaque jour, à écouter, à regarder..."

 

 

Vous voulez être publié?

écrivez moi. bbarateau@gmail.com

Publié dans réflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article