Le développement personnel

Publié le par Trèflerèle

Ce terme en agace plus d'un!!
Etre soi même est bien suffisant non?
Je fais ce que je dis, je dis ce que je fait et basta...
Je suis allée écouter Mathieu Ricard parler du Tibet et du boudhisme.
Il se dégageait de sa personne une grande simplicité et une certaine bonté pour tous les humains.
En parlant des Tibétains il disait justement que la spiritualité était omniprésente dans leur vie.
Nous faisons attention à notre alimentation pour avoir un corps sain, nous faisons de la gymnastique, nous prenons soin de notre peau, nous étudions ... mais  quid de notre esprit? Nous passons beaucoup de temps à améliorer notre confort, notre bien être extérieur.
Et notre bien être intérieur alors?
Pourquoi la colère? la tristesse? Essayons nous de comprendre nos sentiments?
Et si pour améliorer ce bien être là, il s'agissait aussi de s'exercer à développer nos capacités d'intuition, à distinguer la réalité des faux semblants, à examiner nos certitudes, à voir notre mauvaise foi...
Comme si au lieu de vouloir acquérir quelque chose en plus il s'agissait de faire le vide en soi, d'enlever le superflu. Les nuages cachent le soleil mais il est là derrière.
Nous avons la capacité dêtre heureux mais nous sommes encombrés!
C'est bientôt le printemps, en vidant nos armoires faisons le vide dans nos têtes.
Simplifions comme on fait en mathémathique,  enlevons le superflu, l'inutile, allons à l'essentiel de nos vies.

Publié dans réflexions

Commenter cet article

Nemrod 05/04/2010 09:40



Oui Trèfleréle.


Je vous rejoins pour partie dans votre réflexion.


Nous voulons toujours donner une image lisse de nous-même, polissé, tel que nous aimerions que notre entourage nous voit..mais en réalité elle ne correspond pas à notre propre conscience ou
inconscience c'est comme on veut !


Alors il y a comme un manque, une quête qu'est-ce qui chez moi cloche pourtant je fais comme tout le monde ..oui mais voilà tout le monde ne fait pas pareil et vous s'identifier à l'image que
l'on se fait des autres nous trahit forcément.


Là où je dévis par rapport à vous, c'est le tri.


En générale, lors que l'on décide d'opérer un changement, on fait rarement un tri.


On tourne une page définitive par rapport à ce que nous avons vécu.


Nous connaissons nos faiblesses et nous faisons en sorte de changer notre attitude par rapport à ces dernières.


C'est comme changer d'emploi. Lorsque vous prenez la décision de quitter votre emploi pour un autre, vous ne faites pas un tri dans vos papiers pour savoir si telles choses vous les conserver ou
non ...vous faîtes un choix celui de partir, de tourner le dos ce qui ne vous convient plus dans le travail dans lequel vous évoluez.


Là c'est un peu la même chose, dans votre vie que se soit vestimentaire, affectif, amicale, votre choix entraine forcément une rupture, le tri ne se fait ou si il se fait naturellement par
rapport aux affinités (lorsque l'on est dans le stade amicale...on prend de la distance ), vestimentaire on change complément de garde de robe, de style et on ne converse rien sinon il n'y a
pas de changement.


Bref si on veut faire un tri alors on veut racrocher encore au passé, et par là conserver un part de notre héritage mais quel est la bonne partie de l'héritage à conserver et celle à rejeter
?...faut-il aménager ? dans c'est cas là parle-t-on d'un réel changement ?



git 05/04/2010 13:08



Faire le tri est quelque chose d'important, mais il ne s'agit pas de jeter il s'agit de laisser aller..Si un objet me rappelle sans cesse quelque chose de douloureux et que je le place en un
endroit où je vais le voir chaque jour qu'est-ce que je fais là? culpabilité? regrets? ce qui est passé n'est plus, quel enseignement il me reste? Jeter de manière délibérée pour ne plus voir
c'est comme arracher, s'arracher..chacun sa manière de couper, de dénouer, le tout est de le faire en conscience, de ne pas s'en vouloir mais de voir pour comprendre (prendre avec).


S'encombrer l'esprit ou l'espace c'est empêcher l'énergie de circuler.



PLV 04/04/2010 22:47



Votre image de la maison à ranger me touche particulièrement.


En effet, parfois, dans ma grande maison, j'ai du mal à retrouver ce précieux papier ou ce livre ...


J'aime tellement l'écrit, le papier, trace de la pensée, trace de la recherche, trace de la prière, trace de la poésie, trace de l'amitié, trace de l'amour, empreinte de l'émotion, moyen
d'échange.


J'ai des piles de papiers à trier, à classer, à jeter, ... C'est dur !



Trèflerèle 05/04/2010 12:49



Un objet qui nous tire en arrière ou nous retient pour aller de l'avant c'est comme un robinet resté ouvert, cela consomme de l'énergie...



Nemrod 03/04/2010 21:05



Nous sommes programés par notre éducation.


Cette éducation nous a préformatés aussi est-il difficile pour nous de sortir de ce carcan bien établi.


En effet, sortir de tout cela signifierait nous mettre à nu, nous dévoiler, nous rendre vulnérable vis à vis des autres.


Quel serait leur regard dans notre "nudité" ?


Leur regard serait différent certes mais ce regard porterait sur notre propre nous.


Notre propre être.


Pour dépasser notre éducation, il faut nous faire violence et il est difficile de changer tant l'entourage est habitué par nos habitudes.


Mais ce changement est nécessaire car il est l'affirmation de soi. Aussi quand on regarde autour de soi ceux qui sont libre et non pas peur d'être naturel sont ceux qui se sont acceptés qu'ils
soient gros, maigre, petit, grand ..ils sont, ils s'aiment en tant qu'être vivant.


Car pour être bien, il faut d'abord s'aimer.


Biensur on peut toujours ce dire mais que vont se dire les autres.


Les autres pensent d'abord à eux-mêmes et à leur propres problèmes si votre naturel ne mettent pas à mal leurs valeurs fondamentales alors il s'en moque.


Vous êtes comme cela car c'est votre nature. C'est tout.


Mon responable un jour m'a dit qu'il fallait que j'arrête de penser ou d'anticiper ce que vont penser les autres...les autres ne pensent pas à ce que je vais ressentir quand je serai poingardé.


Cela signifie que l'autre vis sa vie et comme tout être il est égoiste ...ce n'est pas une tare ou une honte...nous avons tous besoin d'être égoiste un moment ou à un autre...c'est dans notre
nature.


Nous avons le droit de souffrir, de pleurs, de ressentir de la joie et de la montrer car c'est cela qui montre que nous sommes humains.


Il n'y a pas de honte à être jaloux ou de vouloir mieux dans la mesure où cela ne détruit pas son prochain.


Il n'y a pas de honte à avoir peur de la mort, elle est notre compagne dès notre naissance et c'est naturel de nous demander en quoi elle consiste.


Nous devons nous détacher pour grandir de ces pétris d'éducation qui nous empêche d'être heureux même si cela ne plait pas ou si cela dérange.


Elle est nécessaire quand ce que nous vivons ne nous convient plus.


 



Trèflerèle 04/04/2010 14:31



merci pour ce témoignage, c'est quand on n'en peut plus de faire pour plaire au lieu de faire pour soi que petit à petit l'on va faire le tri de cet héritage que nous avons reçu à l'insu de notre
plein gré tout de même!!



PLV 03/04/2010 16:53



Je corrige la phrase du commentaire ci-dessous. Il y a eu un mélange entre deux formules. Pardonnez-moi !


"Je me sens encombré" ou "Je suis encombré" ... C'est au choix du lecteur.



Trèflerèle 04/04/2010 14:30



pour ma part je préfère je me sens encombré...un constat c'est le début du travail de conscience!! comme une maison que l'on a envie de ranger tout à coup car on ne retrouve plus rien ou parce
qu'il y a des choses à jeter...



PLV 03/04/2010 16:45



J'ai en moi tous les moyens pour être heureux, et je sens encombré de superficiel !


La vie devrait pourtant être simple ? Mais le regard des autres, la peur de mal faire, la crainte d'être jugé, ... Alors je perds toute ma spontanéité, et je pèse mes mots, mes choix,
mes souffrances.


Où est ma simplicité d'enfant ? Loin, cachée tout au fond, derrière ma muraille ! Comment retrouver mon côté naturel ?


Ce que vous écrivez est très beau. Merci pour ce blog, reflet du réel.