La vie en or, en rose ou en gris ?

Publié le par Trèflerèle

trois-portes.jpg                                                              (COLLAGE sur carton ondulé: LES TROIS PORTES)

 

Un matin je regardais un arbre avec quelques fleurs rouges et une douzaine de moineaux. Tout ce que je voyais produisait en moi un sentiment de jubilation intérieure et de perception de la pureté infinie des phénomènes. Puis je me suis imaginé une situation d’ « échec », suscitant toutes sortes de sentiments négatifs. Brusquement, l’arbre m’apparut poussiéreux, les fleurs étiolés et le pépiement des moineaux agaçant. Je me suis demandé quelle était la façon correcte de voir les choses. La raison qui me fit penser que la première était plus juste tient au fait qu’elle engendre une attitude ouverte, créatrice et libératrice, et se traduit par une plus grande satisfaction…

Il y a de nombreuses façons de  faire l’expérience du monde. Voir la vie en or c’est essentiellement se rendre compte que tous les êtres y compris nous-mêmes ont en eux un extraordinaire potentiel de transformation intérieure et d’action. C’est aborder le monde  et les êtres avec confiance ouverture et altruisme. Mais cela ne signifie pas qu’il faille voir la vie en rose, se voiler la face devant la réalité et déclarer avec une naïveté béate que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. A quoi bon se raconter des histoires ?

Voir la vie en or s’appelle optimisme, la vie en gris est pessimisme et la vie en rose est naïveté…

Si l’on observe la manière dont les gens perçoivent les évènements de leur vie, apprécient la qualité du moment vécu et construisent leur futur en surmontant les obstacles grâce à une attitude ouverte et créative, les optimistes possèdent un avantage indéniable sur les pessimistes…

Un optimiste est une personne qui juge ses difficultés momentanées, contrôlables et liées à une situation particulière.

Un pessimiste pense au contraire que ces problèmes vont durer, compromettent tout ce qu’il entreprend et échappent à son contrôle.

Le sentiment d’insécurité est intimement lié au pessimisme.

L’optimiste est confiant dans le fait qu’il est possible de réaliser ses aspirations et qu’avec patience, détermination et intelligence, il finira par y arriver. De fait, le plus souvent il y parvient…

Vision d’un pessimiste selon le philosophe Alain :

« Un compliment c’était pour se moquer, un bienfait pour l’humilier. Un secret était un complot bien noir. Ces maux d’imagination sont sans remède en ce sens que les meilleurs évènements sourient en vain à l’homme qui ne croit pas dans le bonheur, et il y a plus de volonté qu’on ne croit dans le bonheur »

Même si nous naissons avec une certaine prédisposition à voir la vie en rose, en gris, en or, notre interprétation du monde peut évoluer car notre esprit est malléable.


Extrait de Plaidoyer pour le bonheur de Mathieu RICARD

Publié dans réflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article