La peur ou l'amour

Publié le par Trèflerèle

«Toute action entreprise par les êtres humains est fondée soit sur l'amour, soit sur la peur, et cela ne se limite pas aux relations personnelles. […] Chacun des choix que tu fais librement, tout cela vient de l'une des deux seules pensées possibles: une pensée d'amour ou une pensée de peur.

La peur est l'énergie qui contracte, referme, court, cache, entasse et blesse.

L'amour est l'énergie qui s'étend, s'ouvre, envoie, reste, révèle, partage et guérit.

La peur enveloppe nos corps dans les vêtements, l'amour nous permet de rester nus.

La peur s'accroche et se cramponne à tout ce que nous avons, l'amour donne tout ce que nous avons.
La peur retient, l'amour chérit.
La peur empoigne, l'amour lâche prise.
La peur laisse de la rancœur, l'amour soulage.
La peur attaque, l'amour répare.

Chaque pensée, parole ou action humaine est fondée sur l'une ou l'autre émotion. Tu n'as aucun choix à cet égard, car il n'y a pas d'autre choix. Mais tu es libre de choisir entre les deux.»

 

– Neale Donald Walsch

Publié dans réflexions

Commenter cet article

Jacques 14/04/2010 00:28



"'une phrase citée sur ce blog il y a quelque temps: ce que tu as donné t'appartient pour toujours, ce que tu as retenu est perdu à jamais.."


J'aime cette phrase... L'amour qu'est ce ? On croit, on dit souvent que l'on va trouver l'amour.. que l'on chercher l'amour... Mais l'amour n'est pas ailleurs que chez soi.. Etre vraiment chez
soi, ne serait pas autre chose que d'Etre pleinement, sans retenue... l'amour n'est pas autre chose je crois... Etre ce n'est pas posséder, ce serait peut être l'inverse, se déposséder d'une
peau, d'un masque, d'une armure finalement bien lourde à porter, ce MOI, qui prétent être indépendant... C'est lui que nous entretenons dans l'erreur en voulant Avoir, ou trouver quelque chose
d'autre (ou par peur de perdre ou d'abandon). un ailleurs, l'amour, le bonheur.. Mais être tout simplement, et tout donner, ne rien garder, car dans ces moments on sent un brin d'éternité..



jacques 08/04/2010 23:02


Magnifique texte... j'adhère bien sûr complètement. La peur n'est que contracture et l'amour ouverture... Mais nous avons été élevés dans la peur, notre environnement conditionne la peur, voilà le
défi !!!


Trèflerèle 09/04/2010 11:01



merci Jacques, un défi effectivement qui demande du courage et de la détermination!!



eMmA 07/04/2010 19:56



Libre de choisir ?


Sans doute, mail il faut cheminer longtemps avant de s'affranchir de toute peur... Le progrès est là, palpable, indéniable, pourtant la traîtresse se rappelle à notre mauvais souvenir au moment
où l'on croit l'avoir à jamais vaincue...


Alors, il faut tout recommencer pour pouvoir à nouveau choisir...



Trèflerèle 08/04/2010 10:42



On dirait que tu parles de la peur comme une chose qui serait étrangère à toi, ce n'est que ton esprit qui la "convoque" Plutôt que de la combattre si l'on essayait de l'accueillir pour la com
prendre (prendre avec), lutter contre elle c'est la renforcer.



Nemrod 07/04/2010 14:03



Nous sommes asujetti à ces deux sentiments mais ces deux sentiments peuvent se combiner lors que la peur et l'amour s'associent.


Avons-nous peur de donner ? ou avons-nous peur de recevoir ?


Si il est vrai que l'amour est un don, notre peur peut résider dans le "retour" de cet amour.


La peur d'une réciprocité, la peur de perdre car quand on aime on chérit plus que tout la personne aimée..la voir disparaître nous angoise d'ou le terme manquer.


Bref deux sentiments qui s'opposent mais une fois réunient font beaucoup de dégâts !



Trèflerèle 07/04/2010 14:20



je pense pour ma part que l'on ne peut pas aimer et avoir peur de perdre sinon on est dans la possession de l'autre ou dans la croyance que l'on a besoin de l'autre et que sans cela on est
malheureux. Plus on donne plus on reçoit. Je me souviens d'une phrase citée sur ce blog il y a quelque temps: ce que tu as donné t'appartient pour toujours, ce que tu as retenu est perdu à
jamais..je ne dis pas que c'est facile mais c'est vers celà que je tends.