L'échelle de l'amour

Publié le par Trèflerèle


 

l'echelle de l'amour selon jean Yves leloup 

Extraits d’un entretien avec Catherine BENSAID et Jean Yves LELOUP pour la revue CANOPEE « une leçon d’amour »

 

JYL -Qui aime quand je dis que je t’aime ? Est-ce l’enfant en moi qui aime l’enfant en toi ? (l’amour appétit). En nous on retrouve toutes les formes d’amour. Il faut voir tout ce qui reste du bébé en nous et quelle progression part de là.

 

Apprendre à aimer, apprendre quoi ?

A devenir lucide par rapport à ses besoins, à ses pulsions.

 

CB -Plus on monte dans l’échelle de l’amour, plus il y a de libertés et moins il y a de souffrance. Etre adulte c’est être plus responsable, plus en conscience…passer d’un amour où on se nourrit de l’autre à un amour où l’on partage une nourriture.

JYL -Mais le petit enfant est nécessaire en nous, ludique, spontané, entier. Quand l’enfant malheureux occupe toute la place, empêchant toute élévation vers des formes d’amour plus inspirées, l’adulte reste en souffrance. L’incapacité d’aimer autrement que par la possession et la consommation, donne une humanité souffrante, prisonnière de son inaccomplissement.

 

 

JYL -Apprendre à aimer, c’est aussi apprendre ce que l’amour veut de moi. La rose donne son parfum, l’arbre donne son fruit. Et moi ? L’amour c’est aider l’autre à trouver son don singulier.

 

 

…Jardiner l’amour, ce serait faire l’effort de reconnaître quelles essences sont en germe dans l’autre, pour ne pas exiger d’un oranger qu’il devienne un tilleul…

 

Bibliographie:

 

Qui aime quand je t’aime ? de l’amour qui souffre à l’amour qui s’offre  - Catherine Bensaid et Jean Yves Leloup chez Albin Michel

 

Aime toi la vie t’aimera : comprendre sa douleur pour entendre son désir - Catherine bensaid

 

L’absurde et la grâce - Jean Yves leloup

 

Publié dans réflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article