Donner du sens

Publié le par Trèflerèle

Dès que l’on donne sens à ce que l’on perçoit, on ne le perçoit plus de la même façon »
 

  En se rendant à Chartres, Charles Péguy voit sur le bord de la route un homme qui casse des cailloux à grands coups de maillet. Son visage exprime le malheur et ses gestes la rage. Péguy s'arrête et lui demande : " Monsieur, que faîtes-vous ?" " Vous voyez bien, lui répond l'homme, je n'ai trouvé que ce métier stupide et douloureux." Un peu plus loin, Péguy aperçoit un autre homme qui, lui aussi, casse des cailloux, mais son visage est calme et ses gestes harmonieux. "Que faîtes-vous, monsieur ?", lui demande Péguy. "Eh bien, je gagne ma vie grâce à ce métier fatigant, mais qui a l'avantage d'être en plein air", lui répond-il. Plus loin, un troisième casseur de cailloux irradie de bonheur. Il sourit en abattant la masse et regarde avec plaisir les éclats de pierre. " Que faîtes-vous ?" lui demande Péguy. "Moi, répond cet homme, je bâtis une cathédrale!

Combien de fois nous sommes nous exclamé "m ce que je fais n'a pas de sens!!"  si il y en a un, le notre!

Qui d'autre que nous même peut donner du sens à une décision, à un évènement qui surgit dans nos vies, qui nous destabilise ou nous nourrit?

Il ne s'agit pas de positiver tout ou de voir tout en bleu mais de réaliser que ce qui va advenir de cette situation là est entre nos mains, le passé est passé, c'est avec le présent que nous construisons notre avenir, alors prenons le en main, vivons le présent en conscience, les actes que nous allons poser sont les notres et vont créer notre futur.

Publié dans réflexions

Commenter cet article

André BROUCHET 28/02/2010 17:09


Ou une mosquée ?

L'édifice, qu'il soit religieux, administratif, industriel ou à prétention historique, est aussi une manifestation tangible du POUVOIR. L'édification de la jeunesse est un apprentissage du
pouvoir, non par les textes et la parole, mais par le vécu quotidien, la mise en relation avec ce qui fait vivre l'"édifice". La Foi est porteuse, le fanatisme encore plus, en transformant l'être,
le "croyant" en vecteur du Pouvoir, religieux, politique, économique.
Comme on l'apprend aux troufions : "La discipline faisant la force principale des armées, il importe que tout supérieur obtienne de ses subordonnés une obéissance complète et sans limite"... Le
rêve de bien des dirigeants n'est pas de servir, mais d'asservir... Taper sur la Pierre pour en faire un édifice est participer à l'Oeuvre commune. A la Gloire de qui ? Et pour en faire quoi ? Ces
questions méritent d'être posées.
Ceci dit, c'est bien l'édifice INTERIEUR qui compte, à condition que cet édifice, virtuel, au sens premier du terme, tienne compte, justement, de tout l'environnement, donc de ce qui
l'entoure, le précède et le suit, et dont l'édifice intérieur est à la fois le reflet et le moteur...


Jacques 28/02/2010 11:48


J'adore ce genre de parabole...


Trèflerèle 28/02/2010 18:08


merci et à bientôt car j'en mets souvent sur ce blog!!!