Il aurait pu être un aigle

Publié le par Trèflerèle



Une vielle légende indienne raconte qu'un brave trouva un jour un oeuf d'aigle et le déposa dans le nid d'une « poule de prairie ».

L'aiglon vit le jour au milieu d'une portée de poussins de prairie et grandit avec eux.

Toute sa vie l'aigle fit ce qu'une poule de prairie fait normalement.

Il chercha dans la terre des insectes et de la nourriture.

Il caqueta de la même façon qu'une poule de prairie.

Et lorsqu'il volait, c'était dans un nuage de plumes et sur quelques mètres à peine.

 Après tout, c'est ainsi que les poules de prairie sont censées voler.

Les années passèrent. Et l'aigle devint très vieux.

Un jour, il vit un oiseau magnifique planer dans un ciel sans nuage.

S'élevant avec grâce, il profitait des courants ascendants, faisant à peine bouger ses magnifiques ailes dorées.

"Quel oiseau splendide !" dit notre aigle à ses voisins."Qu'est-ce que c'est ?"

"C'est un Aigle, le roi des oiseaux," cacqueta sa voisine. "Mais il ne sert à rien d'y penser à deux fois. Tu ne sera jamais un aigle." 

Ainsi l'aigle n'y pensa jamais à deux fois.

Il mourut en pensant qu'il était une poule de prairie.

Vous est-il arrivé de penser, que vous étiez une poule de prairie ?

Pensez-y à deux fois...

 

Publié dans réflexions

Commenter cet article

suze 31/05/2009 10:07

Merci
super
Félicitations
votre site et les articles !
bonne continuation, bisous
suze

Emma 05/05/2009 07:40

La réponse est, oui, mais ... je me soigne !
J'aime ce conte, car grâce à sa brièveté, sa sobriété et ses images, tout est dit ou parfaitement suggéré pour que chacun puisse se l'approprier et se questionner quant au choix que lui offre la vie pour maîtriser son propre chemin.
Choisir de ne pas se mettre en danger en continuant à gratter une terre connue avec le groupe qui sécurise et qui vous a accueilli ou bien oser se lancer, seul la plupart du temps, vers l'inconnu et ses multiples et magnifiques possibilités qui élèvent et rendent fort...
Chacun a le droit et le devoir de choisir, mais surtout d'assumer ce choix.

A bientôt,
Emma