Mes vacances en prison

Publié le par Trèflerèle

Mes vacances en prison

" Tu as passé de bonnes vacances?

- ouais ça va.

" il n'a pas fait beau tu n'es pas bronzée"

- il a fait un temps dégueulasse!

Pas facile ou pas nécessaire de dire que j'avais passé mes vacances en prison!! pas toutes mais une bonne partie ces années là.

Tu vois où je veux en venir? non?

Et bien pendant six ans je suis allée en prison pendant mes vacances, une semaine en Février, une à Pâques, une en été et une à Noël. J'animais des ateliers collages.

C'était dans les années 1995. Dans le cadre de mon travail dans un conseil général de la région parisienne, j'étais éducatrice spécialisée, j'étudiais les demandes de subventions des services et structures inscrits dans les programmes de prévention de la délinquance et de la récidive.

Réunions de présentation des dispositifs, instruction des dossiers, visite sur le terrain, bilan....Le milieu carcéral faisait partie de ces dispositifs, parmi mes collègues personne ne voulait de ce dossier là car il fallait y aller bien sûr!

Et voila comment je suis entrée dans une prison par la grande porte de mon plein gré.

Dans ce lieu les jours se suivent et se ressemblent, l'emploi du temps est ponctué par les parloirs, la visite avocat, le rendez vous infirmerie ( formule pudique pour dire aussi le rendez vous chez le psy). Ceux qui bossent vont dans les ateliers chaque jour, pour les autres il y a le sport, le foot évidemment, la bibliothèque et quelques ateliers de peinture, de théatre....pendant les vacances scolaires uniquement car cela se passe dans les locaux utilisés pour les cours donnés par du personnel de l'éducation nationale.

Chaque prison a, selon son importance, son budget, ses locaux, des pratiques différentes.

Au fil des réunions de travail, des remises de coupe des matches de foot.. j'ai sympathisé avec le personnel pénitentiaire et j'ai dit que je faisais des collages. Tout de suite ils m'ont proposés de venir animer des ateliers.

J'ai hésité pendant un an, comment des hommes adultes, incarcérés pour des délits allant du deal au meurtre (c'était une maison d'arrêt) allaient-ils accueillir mes collages de papiers déchirés dans des magazines?

A la même époque j'avais trouvé aux puces de Saint Ouen un très vieux jeu de tarot ETEILLA où il ne manquait aucune carte!! et celle qui revenait souvent était celle qui se nomme Prison et Misere..Tu as dit bizarre?

Quand on tire cette carte on se demande bien ce qu'elle vient faire dans notre vie..Et là j'avais ma réponse: c'est là que je devais aller car j'avais des choses à apprendre.

J'ai donc commencé mes ateliers, un groupe le matin, un autre l'après midi, pendant cinq jours d'affilée à chaque vacances.

J'ai découvert un système très lourd, comment se fait l'information pour les activités? mes affiches étaient - elles bien visibles dans la détention? comment réagit le personnel? Certains surveillants étaient opposés à ces activités " ils sont punis on ne va quand même pas les distraire", d'autre au contraire avaient le souci de travailler en vue de la sortie et donc de miser sur l'insertion, la mobilisation. Beaucoup de détenus passent leur journée à écouter la radio ou la télé, ou à crier à la fenêtre pour échanger avec leurs voisins.

Il y aurait beaucoup à écrire sur les conditions de détention, il s'est passé du temps depuis cette période, mais lors de mon expérience de jurée d'assise en 2013 j'ai pu visiter la prison de la santé et me rendre compte que plus de 15 ans après certaines choses subsistaient....

Je préfère parler de la rencontre humaine que j'ai vécue.

Le premier jour j'ai passé le contrôle de l'entrée, présenté mes papiers reçu mon badge pour pouvoir franchir les différentes grilles. Je suis entrée dans la cour puis dans le bâtiment administratif, j'ai toujours été frappée par l'attitude du personnel pénitentiaire, chaque personne que tu rencontre sans exception te dit bonjour le personnel et ensuite les détenus!

Accueillie par le personnel socio-éducatif je suis accompagnée en détention. Première grille, on sonne le garde du poste de contrôle ouvre, plusieurs couloirs et une autre grille etc..je ferai ce chemin là ensuite toute seule. Un jour un surveillant m'a vu me tromper de couloir et m'orienter vers les ateliers mécaniques, il m'a dit avoir attendu quelques minutes pour voir ma réaction ! j'ai rencontré un groupe de détenus allant dans un autre bâtiment, même pas peur.

Les ateliers vont se passer dans une salle de classe que je dispose à ma guise. La porte est fermée, le surveillant est au bout du couloir à 20 mètres mais j'ai un Talkie Walkie (oui on est en 1995!)

La première impression est bonne, les volontaires inscrits ont été choisis par la direction selon leur situation ( certains n'ont pas le droit de se voir en fonction de leurs "affaires ") il y a huit hommes de 30 à 50 ans. La première demie heure c'est le " baptème du feu" plaisanteries, regards appuyés, une fois les règles posées ça démarre et c'est super!!

Un jour je vous raconterai des ateliers particuliers vécus là bas que je ne suis pas prête d'oublier.

Commenter cet article